Panier en cours:
A+ A- A

Médiathèque Assia Djebar

Mehterhane

La musique Turque comprend divers éléments issus de l'ensemble de la culture musicale de l’Asie Mineure et des peuples de l'ancien Empire Ottoman (Perse, Balkans, Empire Byzantin). Elle emprunte plus

récemment différents genres musicaux de la musique occidentale contemporaine.

# La musique populaire traditionnelle
Longtemps dépréciée et ignorée : elle représente la vraie tradition nationale. Son origine est asiatique et ne se réfère pas à l'Antiquité grecque. Des « ménestrels » pratiquaient cette musique avec un instrument à corde pincée. La musique profane trouve sa plus haute expression dans les noces, dont les cérémonies durent parfois près d'une semaine...

# La musique sharki
Au XVIIe siècle, à une époque où la culture européenne influençait l'élite, la musique turque traditionnelle est devenue plus lyrique, plus sentimentale .
Elle était associée à une nouvelle forme de poésie, le sharki, dont les grands thèmes étaient ceux de l'amour non partagé et la nostalgie de l'être aimé.

# La musique classique ottomane
C'est au 14ème siècle qu'il faut faire remonter la musique savante ottomane qui a toujours bénéficié de la bienveillance des sultans mélomanes dont certains, à l'image de Selim III (sultan de 1789 à 1807) étaient même compositeurs. Ils permirent ainsi l'essor d'une musique de cour.

Cette musique savante ottomane, (Türk sanat müziği) se caractérise par la multiplicité de ses influences turques, arabes, tziganes, kurdes, byzantines, arménienne et persanes. Elle est pratiquée sous de multiples facettes dans les institutions suivantes de l'empire ottoman.

• les orchestres militaires (Mehter)

• les ordres soufis (Mevlevis) qui pour les profanes, ils évoquent la danse et la musique en Turquie, or les Derviches tourneurs ou Mevlevi sont une confrérie musulmane soufie des Awlawiyya fondée dans la ville de Konya depuis le XIIIe siècle par Jalal al-Din Rumi (poète persan qui a fondé la confrérie des Derviches Tourneurs) qui résumait sa pensée : « Tu as besoin de l'oreille du cœur, pas de celle du corps ».

• les académies de la cour et des cercles d'élite ottomans (Enderun).

La musique turque peut désigner la populaire ou savante, pratiquée dans l'empire ottoman depuis le XIVe siècle (fondation de l'empire ottoman) et en Turquie depuis 1923 (fondation de la république turque). Extrêmement variée et raffinée sur le plan rythmique, cette musique composée par différentes influences remonte à l’Empire ottoman et se perpétue de nos jours. Cette musique est fondée sur le maqâm, un système modal qui permet aux musiciens d’explorer une gamme donnée sur le mode du taqsim qui constitue un mode d'improvisation, évoluant au sein d’une composition préétablie.

Les instruments employés sont issus des musiques savantes byzantines et arabes : oud, qanûn, ney, tambur, santour, kemânçe, saz.

On retrouve dans cette catégorie, une musique militaire interprétée par des janissaires qui constituaient un corps d'infanterie d'élite de l'armée ottomane qui possédait une fanfare qui jouait au palais du sultan, ainsi que pour l'appel à la prière, cinq fois par jour. Leurs instruments de musiques étaient des tambours, des boru, des zurna, et des cymbales.

La musique ney est le nom d'une musique classique turque qui s'est développée parmi l'élite de cet état au XVIe siècle. Les sultans et les nobles soutenaient les arts et favorisaient la création d'académies de musique, dont certaines parmi celles-ci étaient liées aux Mevlevis (musique des derviches tourneurs). Pour les cérémonies religieuses, cette secte utilisait une flûte de roseau appelée ney souvent accompagné du bendir. Une des caractéristiques de la musique turque est la notion d'une improvisation en solo des parties vocales et instrumentales dont l' interprétation commence par quelques phrasés brefs, autour de l'un des tons fondamentaux, dans l'une des nombreuses gammes traditionnelles appelées maqams. Ensuite, le thème se développe graduellement autour des interprétations du maqams par le chanteur. On retient parmi ces maqams ceux composé par bey Ismail Hakki composés au XVIIIe siècle ou plus récemment Kudsi Erguner.

Muriel , Espace Musique et Cinéma

Pour en savoir plus :
http://www.turkishmusicportal.org/index.php

Calendrier de octobre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
Fin du calendrier
      01
02030405060708
09101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
Horaires d'ouverture
de septembre à fin juin
Lundi : fermé
Mardi : 16h-19h
Mercredi : 10h-18h
Jeudi : 16h-19h
Vendredi : 15h-19h
Samedi : 10h-17h
Dimanche : fermé

logo mediatheques

Prix des Lecteurs 2018

prixdeslecteurs2 

Médiathèque Assia Djebar
4 rue du Docteur Castéra
33290 Blanquefort
05 56 57 48 40
logomai